Le jargon de l’amplificateur pour guitare !

De l’épaisseur du haut-parleur à la comparaison solid-state contre tube, dans cet article, nous vous détaillons tout le vocabulaire de l’expert en amplification ! Nous allons commencer par parler structure avec les diverses solutions existantes pour amplifier une guitare électrique, puis nous détaillons les multiples technologies de pré-amplification. Enfin, nous aborderons très rapidement la mécanique acoustique pour mieux comprendre le fonctionnement d’un ampli guitare.

comment-choisir-ampli-guitare

La structure d’un amplificateur pour guitare

Sous le terme ” d’ampli guitare ” se cachent en réalité beaucoup de choses ! Tout d’abord, un amplificateur pour guitare est toujours composé d’au moins deux éléments : Un pré-amplificateur et un amplificateur de puissance. Le pré-ampli a pour rôle d’élever le niveau du signal électrique dispensé par la guitare pour que ce dernier puisse être ensuite entrer l’amplificateur de puissance. Le niveau du pré-ampli peut être modulé en utilisant le potentiomètre ” Gain “. L’ampli de puissance correspond au deuxième étage d’amplification. Il s’agit cette fois d’élever le signal pré-transformé par le pré-ampli pour que celui-ci ait une amplitude suffisante pour faire vibrer les parois d’un haut-parleur.

Le haut-parleur correspond au troisième élément caractéristique de l’amplificateur guitare. Il s’agit de la membrane vibrante qui va délivrer le son.

Dans la reflexion collective, un ampli guitare consiste en un bloc tout-en-un. En réalité, il s’agit là d’un ampli que l’on qualifie de COMBO. Dans un meuble en bois, il réunit le pré-ampli, l’ampli de puissance et le haut-parleur. Au contraire, lorsque le boîtier contient uniquement le pré-ampli et l’ampli de puissance, on parle d’une tête d’ampli. Il doit être alors associé à une ou plusieurs baffles (un meuble contenant un ou plusieurs haut-parleurs) : on parle alors d’un stack.

Technologie et pré-amplification

Maintenant que vous savez tout de la structure des amplis, parlons des technologies qui y sont au cœur. Nous allons surtout nous intéresser aux deux premiers étages d’amplification (pré-ampli et puissance).

  • La technologie ” Solid-state ” utilise des transistors pour amplifier le signal de la guitare. Petits, solides, et efficaces, ils peuplent la grande majorité des amplificateurs bas à milieu de gamme. Ils sont peu couteux et en général très rentable. Certains accusent les amplis à transistor de dispenser un son trop froid et dénué d’âmes. Une croyance qui perd ses fondements tant les amplificateurs s’améliorent.
  • Les amplificateurs à lampes sont encore aujourd’hui pour la plupart des guitaristes une référence en matière de sonorités. Ils sont la quintessence du son vintage, caractérisant les sons par de chaudes distorsions aux harmoniques fluettes et organiques. Ils utilisent des bulbes de verre sous vide pour amplifier le signal : les lampes, ou tubes. Ces dernières sont malheureusement très fragiles.
  • La modélisation correspond à la dernière grande catégorie d’amplification disponible sur le marché. Le signal analogique de la guitare est converti au format numérique et des simulations électroniques déforment le signal pour lui donner le même aspect que celui dispensé par de célèbre ampli ou effets. Ils sont très versatiles et l’évolution du numérique fracture de plus en plus la barrière entre son vintage et son moderne.

Technique et mécanique acoustique

On définit souvent un ampli par sa puissance. ” J’ai acheté un ampli 50 W “. En réalité, ou parle ici de Watts RMS : la puissance électrique affichée ne correspond pas au volume produit. Nous verrons dans cet article quel est le lien réel entre puissance, volume sonore et sensibilité des hauts parleurs.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *